Faire la démarche de rencontrer un psychologue n’est pas toujours facile : il est peut être désagréable voire douloureux de parler de ce qui fait souffrir et si aujourd’hui cette pratique s’est démocratisée, il reste que l’on voudrait souvent pouvoir régler ses problèmes seul. En effet, on peut éprouver de la culpabilité à demander de l’aide, on craint de paraître faible et on espère que les choses vont se régler d’elle-mêmes. La plupart du temps il est heureusement possible de se « débrouiller » soi-même avec ses difficultés, mais parfois consulter un psychologue permet à la situation de ne pas s’installer ou encore à d’anciennes blessures d’être enfin panser.

Différentes raisons peuvent nous amener donc à vouloir rencontrer un psychologue, en voici quelques exemples :

  1. L’évènement potentiellement traumatique: Nous pouvons être confrontés à des évènements soudains, déstabilisants qui peuvent nous submerger, nous « dépasser » pendant un temps, comme un deuil, un accident, une agression, une maladie. Lorsque nous ne parvenons pas à retrouver un équilibre psychique et émotionnel, l’écoute attentive et bienveillante du psychologue permet alors d’identifier nos ressources propres et l’élaboration de ces vécus. 
  2. Le cours de la vie : Devenir parent, la naissance d’un frère ou d’une sœur pour un jeune enfant, l’entrée à l’école, l’adolescence, un changement professionnel, une séparation ou bien l’entrée dans l’âge sont des moments communs de la vie qui cependant réaménagent nos représentations, nos fonctionnements et l’on peut ressentir le besoin d’être soutenu et aidé ponctuellement. Chez les enfants, ces moments de « passage » peuvent les confronter à une trop grande angoisse et perturbent alors leur développement affectif, social ou cognitif (apparition de rituels, intolérance à la frustration, hyperactivité, difficulté à entrer dans les apprentissages etc.). Entendre et comprendre ces symptômes avant qu’ils ne perdurent trop va aider à la reprise du développement normal.
  3. Les addictions et phobies : Certains comportements répondant à des schémas récurrents peuvent s’avérer encombrants (troubles du comportement alimentaire, addictions, phobies etc.) et l’accompagnement bienveillant et professionnel permettra à terme de s’en libérer.
  4. La recherche d’un épanouissement : Enfin, parfois, c’est un mal-être plus diffus, comme une lourdeur, une solitude ou bien des difficultés relationnelles qui nous amènent à vouloir prendre le temps d’une réflexion sur soi, sur sa vie psychique.

Le psychologue clinicien est un professionnel spécialisé dans le fonctionnement psychique, la compréhension du comportement humain, de la personnalité et de ses troubles, et plus largement, les relations interpersonnelles. Il est donc à même de vous accompagner dans ces périodes difficiles avec bienveillance et de vous aider avec ce qui vous fait souffrir ou plus simplement vous questionne.